Discours du Ministre de l’Enseignement Supérieur, De la Recherche et de l’Innovation

Son Excellence, Monsieur les membres du Gouvernement

Mesdames et Messieurs, les présidents des grandes institutions

Messieurs les conseillers du Président de la République

Messieurs et dames les députés

Messieurs les secrétaires généraux et directeurs généraux des départements ministériels

Monsieur le Président du Conseil d’Administration et Président de l’Université EMI KOUSSI

Messieurs les Fondateurs, Recteurs des Instituts et Universités Publics et Privés

Chers Parents d’étudiantes et étudiants

Collègues Enseignants

Distingués invités

Etudiantes et étudiants

En ma qualité de Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, c’est pour moi un grand honneur et un plaisir de prendre la parole en cette importante cérémonie de la remise des diplômes aux lauréats de la 5ème promotion de l’Université Emi Koussi jumelée à l’Université Publique de Sfax. Une université, fusse –t – elle publique ou privée,  revêt une importance cruciale pour toute nation soucieuse de faire évoluer l’éducation, la science, la culture, la jeunesse et  l’environnement,  qui  sont  sa  raison  d’être,  elle  est,  à  plus  forte  raison, fondamentale pour un grand pays insulaire regorgeant de ressources naturelles tel que Tchad.

Le Président de la République du Tchad, Son Excellence Idriss Déby Itno en libéralisant l’enseignement supérieur pour que le privé vienne en appui, il a dû miser d’immenses espoirs dans  l’éducation,  entendue  comme  un  instrument  de  son  émancipation individuelle  et  collective.  Depuis  l’indépendance  nationale,  proclamée  le  11 août 1960, les gouvernements successifs avaient concentrétous les efforts de l’éducation sur lui-même. Il a fallu l’événement de décembre 1990, pour que l’Université de N’djamena autrefois unique en son genre inspire l’actuel régime à multiplier plusieurs institutions du supérieur. On dénombre une dizaine au public et une soixantaine chez le privé.  L’enseignement supérieur qui se  matérialise  maintenant par  une  présence  significative,  avec  la  création d’universités est un choix de l’Etat tchadien, et ce choix fut mûrement

Réfléchi. Ayant loin l’idée de dire que s’en est assez, nous éviterons la dispersion des efforts et l’épuisement des moyens que nous avons souhaité canaliser, dans un premier temps, vers une éducation de base universelle et efficace, premier fondement d’une citoyenneté effective.  Je voudrais de dire que nous devrons offrir une formation de qualité et compétitive, répondant à la demande de l’offre de l’emploi à l’échelle nationale et internationale. Une fois cet objectif atteint, l’Etat du Tchad exprimera sa parfaite satisfaction. Voilà pour la Commission Nationale de l’Enseignement Supérieur privé (CNESP) travaille d’arrache-pied dans la supervision et l’orientation des établissements privés du Supérieur. D’ailleurs son rapport d’évaluation de l’an 2017 m’a prouvé que sur130 établissements existant 15 ont été jugés dignes, 40 ont reçu des avertissements et blâmes, 65 ont été purement et simplement fermés. Je soutiens vivement ces activités de la CNESP car l’avenir l’enseignement supérieur au pays en dépens. Toute institution privée ou publique qui ne sera pas conformée à la règle de l’art académique sera fermée ou aura la mise en demeure.

Ainsi les plus hautes autorités ont mobilisé toute la nation autour  de la cause de l’Éducation, parce qu’elle est perçue comme étant la voiela plus crédible, dans les conditions qui sont les nôtres, pour réaliser les grands desseins  nationaux : le  développement  économique,  la  consolidation  de  la démocratie, le renforcement et la valorisation de notre spécificité culturelle.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais m’adresser aux lauréats de la 5èmepromotion qui s’est baptisée « l’Etoile Polaire de la 4ème République » avec pour devise, « la patrie avant tout ». Elle a aussi opté pour un drapeau de couleur « blanc et rouge ». Je me demande, est ce que vous avez vraiment compris la profondeur de votre nom, votre devise et les couleurs choisis ?

La 4ème République qui vient de naitre avec ses grandes ambitions de faire du Tchad, un pays émergeant, un Tchad d’un lieu où il fait beau vivre, un Tchad qui transcende tout clivage tribal et social, un Tchad qui va en guerre contre la gabegie, la corruption et le détournement de deniers publics… et vous avez décidé d’en être son étoile polaire. Je ne ferai que vous acclamer haut et fort et que vos vœux se réalisent.

Ajouté à ce nom, la devise qui place la patrie avant toute chose. Formidable ! Je vois naître en vous un patriotisme aguerri pour défendre les couleurs de la République. Placer les intérêts de la nation au-dessus de nos propres intérêts est ce qu’il faut pour le développement intégral du pays.   Je vous conjure à le démontrer par l’acceptation de servir le Tchad partout où besoin sera dans la fidélité comme la boussole l’est au pôle nord. A ce juste titre, Louis Kossuth, un célèbre penseur a défini, le patriotisme comme « source du sacrifice, par cette seule raison qu’il ne compte sur aucune reconnaissance quand il fait son devoir ».

D’ailleurs votre drapeau blanc et rouge couronne vos imaginations. Le blanc qui symbolise la pureté et la transparence. Si vous le vivez, vous serez  peut-être la risée de la société mais à la longue, vous pourriez la transformer. Imaginons  que tous les tchadiens soient honnêtes et transparents, toutes les prisons seront fermées, le développement ira croissant. Et il y aura point de chômage et de galère. C’est ce Tchad que vous rêvez construire, je vous tire chapeau. Le Président  américain Woodrow Wilson ne disait-il pas un jour que : « chaque homme  sortant  d’une  université  devrait  être  un  homme  dévoué  à  sa  nation  et  un homme  de  son  temps ».  Je  suis  certain  que  les  hommes  et  les  femmes  qui  ont l’honneur  d’être  diplômés  de  l’Université  EmiKoussi,  continueront  à  mettre  leur personne et leurs talents au service de l’intérêt général.

Aux administrateurs de l’Université EmiKoussi, le gouvernement n’étant pas à mesure  de relever seul les multiples défis du supérieur, encourage toutes les bonnes initiatives de nos partenaires. La mission que la plus haute autorité nous a confié est le passage d’un enseignement supérieur inefficace, en mal de modernité à la matérialisation de la vision à long terme d’un enseignement supérieur moderne, professionnalisé, résolument ouvert sur la société et le monde, qui réponde à la double exigence de production des savoirs, des savoirs faire et des savoirs être et de production de la ressource humaine quantitativement et qualitativement nécessaire à l’édification d’un Tchad émergent. C’est dans cette optique que nous encourageons ardemmentvotre projet de délocalisation de l’Université Publique de Sfax en Tunisie chez vous à l’Université Emi Koussi. Nous nous félicitons des démarches effectuées et des échanges de documents ayant abouti à ce partenariat. Nous avons constaté à l’heure actuelle que l’administration de la faculté de médecine et sciences de la santé est entièrement tunisienne. Tous les enseignants chercheurs pendant cette année qui vient de s’achever ont été essentiellement tunisiens. C’est un partenariat fiable et nous avons intérêt de le soutenir pour un rayonnement de l’académie tchadienne.  Nous profitons de la diplomatie agissante du Président de la République pour développer notre pays.

Je voudrais souhaiter la bienvenue au Secrétaire Général de la faculté de Médecine Mr. Habib Chebbi et son compagnon Prof. Mori venu de l’Université Publique de Sfax pour superviser les examens de rattrapage. La porte de la République du Tchad vous est grandement ouverte. Sentez-vous chez vous.

 

Pour clore mes propos, Mesdames et messieurs, je ne saurais mettre sous le boisseau le fait que votre ouverture de la faculté de Médecine nécessite un centre Hospitalo-universitaire (CHU) pour la formation de nos concitoyens. Le gouvernement se chargera de vous trouver un hôpital dans les jours avenirs. L’UNEK, vous vous êtes fixés comme terminus d’atteindre « le sommet du Savoir », foncez y ! Restez dans l’olympe ! Grimper une montagne nécessite un exercice à la fois physique, éthique et métaphysique.

Vive l’université Emi Koussi !

Vive le Ministère de l’Enseignement Supérieur

Vive le Président Idriss Deby Itno !

Vive le Tchad !

Je vous remercie !

 

 

Laisser un commentaire