Le second semestre de l’année académique 2019-2020 se profile

Au moment où les états généraux de l’enseignement supérieur du Tchad, des universités publiques, se penchent sur l’élasticité de l’année académique comme l’un des maux qui minent le système éducatif tchadien, l’université Emi Koussi, respectant son calendrier annuel s’apprête pour lancer le second semestre de l’année en cours.

 Le système éducation tchadien a besoin d’un souffle nouveau, s’alarmait ainsi au colloque, un des promoteurs de l’éducation. Ce nouveau souffle aura pour mission de lutter contre les maux tels que : les grèves à répétition, la lenteur administrative, l’élasticité du système et de l’année académique… Après trois mois de cours, les étudiants de l’université Emi Koussi font face depuis quelques jours aux épreuves des examens de la session normale, suivies des rattrapages. Et pour être à jour avec son calendrier, les administrateurs de l’UNEK sont à pied d’œuvre pour commencer le second semestre de l’année académique 2019-2020. La promptitude et l’abnégation au travail est de rigueur. Pour être au sommet du savoir cette exigence au travail pour faire-mieux et faire-bien faut la peine. Former les cadres de demain est la priorité de l’UNEK et être au service du pays, de l’Afrique et du monde est la mission que l’Université Emi Koussi s’est assignée.

                                                                                                                          HAM-LONA SEMKADI Laurent

Laisser un commentaire