L’Université Emi Koussi Le Conseil d’Administration

Le conseil d’administration de l’Université Emi Koussi s’est réuni autour de son Président, Dr Allah-Ridy KONE en ce jour 15 février 2019 à 9h00 à la salle de réunion du Rectorat de ladite institution. Notre reportage.

Les  points qui ont été inscrits à l’ordre du jour sont les suivant : Le mot du Président du Conseil d’Administration de l’Université Emi Koussi, le rapport académique de l’année 2017-2018, le budget prévisionnel 2018-2019, le plan d’action de l’année 2018-2019 et  le divers.

A l’entame de la séance, le Président du Conseil d’Administration a salué et félicité tous les membres du conseil pour leurs présences effectives audit conseil. Dr Allah-Ridy KONE a rappelé l’assistance de sa promesse tenu aux débuts de la rentrée en rencontre avec les enseignants de l’Université Emi Koussi, et mentionne qu’il rendra effective cette promesse. En effet, il s’agit de créer une mutuelle du personnel de l’UNEK, recruter des enseignants vacataires comme permanents et être toujours à jour dans le paiement des salaires du personnel. Par ailleurs, selon le Président du Conseil d’Administration, l’UNEK doit s’efforcée à atteindre ses objectifs qui doivent répondre aux exigences de notre monde. Par ses efforts, l’UNEK compte voler de ses propres ailes. En plus de ces activités académiques, L’UNEK entreprend s’orienter désormais vers une agriculture industrielle pour se donner plus de chances à l’insertion de la jeunesse et aussi contribuer à la réduction de la pauvreté.

Cependant, les difficultés ne manquent pas dans le fonctionnement d’un système tel que le nôtre a reconnu le PCA. Ses difficultés sont en même temps internes et externes.

Le rapport des activités de l’année académique 2017-2018, fut présenté par le vice-président au bon soin du Président de l’Université Emi Koussi. Ce rapport est composé essentiellement de quatre points : l’organisation administrative de l’Université Emi Koussi, le bilan des réalisations des activités de l’année académique 2017-2018, les difficultés rencontrées et quelques suggestions.

Du point de vue administrative, quelques changements sont constatés cette année par rapport à l’année précédente, les plus essentiels sont entre autre : le Secrétariat Général est tenu désormais par monsieur ALBASSAR TIGUETNA Esaïe, le décanat de la faculté des sciences humaines juridiques et économiques par le Pr DJANGRANG Man-na, le département de Génie Civil par monsieur AVARSIA Haroun Tchakblo, le département de santé humaine et animale par monsieur NGARTA Nicolas…

En ce qui concerne les réalisations, le vice-président de l’Université Emi Koussi souligne (en prélude des statistiques), que l’année académique 2018-2019 s’est terminée dans des très bonnes conditions s’il faille minimiser les difficultés. En dehors des activités sur le campus pour les étudiants, l’UNEK a réalisé aussi des activités pour son personnel et en dehors de l’Université : formation et renforcement des capacités de son personnel, des activités sportives, des activités à caractère social comme le dépistage organisé en décembre 2017 dans le département de la KABBIA, la traditionnelle cérémonie d’immatriculation, les signatures des convention et des accords avec quelques grandes universités africaines et européennes entre autres. Le renforcement de la coopération tchado-tunisienne au bénéfice de la faculté de médecine n’a pas été perdu de vue.

Le conseil d’administration a salué l’effort du  Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation qui le guide dans l’encadrement, la supervision et les orientations.

Le Conseil a attiré l’attention des chefs de département sur  la gestion des salles de classes, le problème des travaux pratiques et des stages des étudiants et sans oublier la bibliothèque de la faculté de médecine. Le Conseil a recommandé de fournir d’autres ouvrages d’actualités pour permettre aux étudiants et aux enseignements de mener normalement leur recherche. Car la cherche est évolutive et nous devons être à la page des informations et des données fraîches.

Dans le chapitre des suggestions pour le bon fonctionnement de l’institution, l’UNEK doit multiplier davantage des conventions avec les hôpitaux pour permettre l’accès plus aisé et plus rapide pour les stages pratiques des étudiants.

La deuxième suggestion consiste à un contrôle des enseignements dont leurs  recrutements doivent nécessairement passer par un conseil scientifique piloté par le vice-président de l’Université.  Il a été noté avec insistance que le minimum de diplôme d’enseignement à l’UNEK est le Master ou son équivalent de BAC plus cinq.

Le troisième et le quatrième point sont présentés concomitamment par le Secrétaire Général de l’Université Emi Koussi. Ici, il s’agit d’un budget prévisionnel mais déjà en cours d’exécution. Ce budget traduit les objectifs financiers visés par l’UNEK pour l’année académique 2018-2019 où des rubriques telles que les recherches,  les investissements dans les infrastructures, l’accroissement de la bibliothèque et de laboratoire ont reçu une augmentation de sommes colossales.  Avec des charges énormes liées à cette vision pour une académie qui tends vers l’excellence, le budget de l’UNEK de cette année s’est résulté négatif ; puisqu’elle a un but non-lucratif.

Quant au plan d’action de l’année, il consiste à poursuivre le projet d’extension de l’UNEK. Il poursuivra également le renforcement des capacités du personnel par des formations et des ateliers de travail. Il faut ajouter à cela les activités physiques et sportives, les restaurants à redynamiser. Pour finir, au plan académique créer de cadre de débat intellectuel par des conférences, colloques, séminaire et des revues scientifiques.

Quelques remarques pratiques relatives à la discipline, à la communication et à l’accueil ont été les derniers moments du conseil. Selon le PCA, notre institution devient de plus en plus grande, il faut, à cet effet, une rigueur au travail. Ceci doit être soutenu par une discipline plus ferme de tout le corps administratif et académique. En plus de cela, nous somme une institution privée, notre accueil doit être à la taille de notre établissement. Le respect mutuel est exigé, aussi bien que la discrétion quant à la gestion des différends. L’honnêteté et la ponctualité doivent être les piliers sur lesquels repose notre Université a-t-il conclu. C’est le partage fraternel de repas qui a sonné la fin du Conseil d’Administration. Commencé à 9h 30, le conseil a pris fin 11h30. Université Emi Koussi, Le Sommet du Savoir !

HAM-LONA SEMKADI Laurent

Laisser un commentaire